Le monde me demande souvent combien de temps ça m'a pris à faire ce film, et je leur répond: un an pour filmer, un an pour le montage, et avant tout ça, trois ans pour convaincre Giuseppe Marinoni de participer à mon projet.

 

C'était toute une bête que ma caméra a dû dompter, mais l'effort a bien valu la peine pour immortaliser cette icône du vélo.

 

- Tony Girardin

Un mot du réalisateur